LE PARK LES ITINERAIRES LES CENTRES CULTURELS LES VILLAGES AGENDA NOUVELLES LIBRAIRIE
contacts crédits
   
COMMENT ARRIVER
CHEZ NOUS
ENVIRONNEMENT PHYSIQUE
ET GÉOGRAPHIQUE
VÉGÉTATION FAUNE
HABITANTS ET FÊTES SERVICES INTÉRESSANTS
PARC VIRTUEL GALERIE DE PHOTOS
CARTES POSTALES BIBLIOGRAPHIE
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
VEGÉTATION
LE PARC
 

Trois facteurs principaux sont à imputer au développement du paysage actuel du parc culturel de la rivière Martín : la grande variété des formations rocheuses et géologiques, le climat et enfin, l'action de l'homme.

La zone sud du parc, où se trouvent les points à l'altitude la plus élevée (Montalbán-Torre de las Arcas, Obón y Alcaine), se caractérise par un climat humide et froid, ce qui explique qu'elle soit bien boisée de conifères très anciens, notamment dans la zone de Montalbán et Torre de las Arcas, ainsi que de forêts naturelles d'autres types d'arbres, comme celle qui domine le pic Guardias à Alcaine. Ces forêts de conifères sont souvent parsemées d'arbustes et de buissons. Une très grande forêt d'arbustes domine las Muelas entre Obón et Torre de las Arcas, entourée de quelques pins en cours de croissance.

Les paysages du sud diffèrent beaucoup de ceux du nord du parc (Alacón, Oliete, Ariño et Albalate del Arzobispo), en raison d'altitudes moindres et d'un climat plus sec. La main de l'homme sur cet environnement est là beaucoup plus visible, en raison des conditions qui y règnent, favorables à l'agriculture et à l'élevage, notamment de part ses pentes moins abruptes. La végétation de cette zone est caractérisée par l'omniprésence d'herbes basses ( euphorbes , thyms, pâturages secs), le chêne au kermès fait partie des rares espèces de taille importante. La zone d'Albalate del Arzobispo est par ailleurs entourée de steppes, appelées las Planetas , où prédomine l'alfa.

Afin de procéder au repeuplement végétal de certaines zones aujourd'hui abandonnées en raison des faibles possibilités de mécanisation qu'elles offrent, mais tellement utilisées auparavant que cela a avait causé leur dégradation et une forte érosion, il a été décidé d'y replanter des forêts de pins. On distingue notamment la forêt de pins d'Ariño, bien abritée à l'ombre des hauteurs de la chaînes de Arcos, ainsi que la forêt de los Molares, qui recouvre les vallées de la rivière Seco et les rives des torrents affluents entre Oliete et Alcaine.

Le climat méditerranéen continental qui prédomine ici est le résultat du passage de la rivière Martín à travers ce pays montagneux, aux faibles ressources en eau et aux températures très contrastées entre le jour et la nuit, ce qui favorise la floraison des genévriers rouges, présents en abondantes forêts à plusieurs endroits du parc, parfois à même de pentes abruptes, la plupart du temps à proximité de genévriers communs. Bien que beaucoup plus rare, il est même possible d'apercevoir parfois quelques spécimens majestueux de sabines blanches dans le parc, notamment à proximité de San Pedro à Oliete et la Dehesa à Alcaine.

La végétation fluviale est cependant très variée et nombreuse, et forme une frange longue et étirée sur les berges de la rivière Martín; y prédominent les peupliers, saules blancs, frênes, ormes, joncs et les mûres sauvages, ainsi que les tamaris à l'embouchure du réservoir de Cueva Foradada, qui forment là une petite forêt d'une grande importance écologique, ainsi que dans d'autres ruisseaux et mares où fleurit ce type de plantes aquatiques.

Le dernier type de végétation que nous pouvons mentionner à ce point est l'ensemble des cultures "organisées" destinées à l'agriculture, notamment les cultures maraîchères (horticulture et fruits), ainsi que celles des céréales (champs de blé, de vignes, oliveraies et amandiers).

 
 
PARQUE CULTURAL RÍO MARTÍN.- C/ Tiro del Bolo, s/n 44547 ARIÑO (Teruel)
Diseño, desarrollo y mantenimiento: Sedinet