LE PARK LES ITINERAIRES LES CENTRES CULTURELS LES VILLAGES AGENDA NOUVELLES LIBRAIRIE
contacts crédits
   
COMMENT ARRIVER
CHEZ NOUS
ENVIRONNEMENT PHYSIQUE
ET GÉOGRAPHIQUE
VÉGÉTATION FAUNE
HABITANTS ET FÊTES SERVICES INTÉRESSANTS
PARC VIRTUEL GALERIE DE PHOTOS
CARTES POSTALES BIBLIOGRAPHIE
 
 
 
 
 
HABITANTS ET FÊTES
LE PARC
 

L'agriculture et l'élevage - de brebis notamment - ont constitué de tous temps les deux activités économiques qui ont façonné le mode de vie des habitants de la vallée de la rivière Martín. Les cycles agricoles ont en effet rythmé pendant longtemps la vie des habitants des différents villages du parc culturel de la rivière Martín.

Les fêtes et les célébrations populaires ont toujours été préparées en fonction des activités humaines, des saisons et d'une façon générale, du mode de vie. Les activités humaines ayant toujours respecté cette dualité de jours "normaux" et de jours de "fête", l'Eglise a, par conséquent, façonné un mode de vie respectant principalement les cycles agricoles de semences, de récoltes et d'élevage, en associant le divin à des rites plus anciens de gratitude pour les bonnes récoltes , de demande de fertilité pour la terre et de protection du bétail, caractéristiques immuables d'une société agricole traditionnelle. Le centre de la culture folklorique d'Albalate del Arzobispo expose avec clarté ces deux thèmes étroitement liés, que sont "le travail et les fêtes populaires".

Un des types de fêtes populaires et symboliques les plus caractéristiques dans ce sens est celui des fêtes d'hiver , dont les rites se basent sur l'adieu avec l'hiver, et qui coïncident également avec l'arrivée du printemps, avec ses "journées qui se prolongent" et le retour aux travaux agricoles. Ceci est d'ailleurs symbolisé par un cycle qui débute à la Saint-Antoine (San Antón) et aux Saints Martyrs ( Santos Mártires) ( San Fabián et San Sebastián ), et qui se termine le 14 février à la Saint-Valentin (San Valentín), et que décrit le dicton populaire " A la Saint-Antoine (le 17 janvier), le jour se prolonge un petit peu, à la Saint-Marie (le 2 février), d'une heure et demie, à la Saint-Blaise (le 3 février), un peu plus encore ( Para San Antón crece el día un pasico de ratón, Para Santa María hora y media crece el día, para San Blas un poquico más) " ou encore celui qui se rapporte aux premiers jours de février, " Le premier débute le mois, le deuxième, c'est la Saint-Marie, le troisième la Saint-Blaise, le quatrième il ne se passe rien, et le cinquième c'est la Saint-Agathe (el primero hace día, el segundo Santa María, el tercero San Blas, el cuatro nada y el quinto Santa Águeda) ".

Il s'agit en effet d'une période cruciale, car l'hiver se terminant, les jours se font plus longs, et il faut alors se préparer aux travaux agricoles, qui ont de tout temps nécessité des contacts, ou même des interventions directes des Saints et des divinités. Ce sont ces phénomènes qui ont donné naissance, dans la plupart des villages de la vallée de la rivière Martín, au rite purificateur où l'on allume des feux de joie à l'entrée de chacun d'entre eux, afin d'illuminer les effigies des différents Saints et Saintes, tous placés sur de petits autels ou chapelles à ciel ouvert, et qui protègent par leur présence les foyers, les récoltes, le bétail et les animaux domestiques de la peste - supports de l'économie familiale -, ainsi que les familles, principalement par les Saints Martyrs (Saint Fabien et Saint Sébastien), ainsi que Saint Antoine .

La Saint-Blaise est une fête populaire, au cours de laquelle on mange des petits pains, pâtisseries et pâtes bénies afin de se protéger la gorge ; ce saint est par ailleurs patron des fileurs de laine. Le jour de la Saint-Agathe (Santa Águeda ou Ágata), les femmes humbles et travailleuses, prennent la tête des processions, en chantant au son des cloches " A Santa Águeda bendita (o sagrada) le venimos a cantar, pa que nos guarde la teta y el tetón al sacristán ", tout en dansant en ronde sur la place principale de chaque village. Cette Sainte protège les femmes, pendant l'accouchement et l'allaitement, ce qui permet de relier cette croyance à d'anciens rites voués à la fécondité. Ce cycle se termine par la Saint-Valentin, qui était à l'origine une date célébrée par les bergers en honneur de San Fauno. Etant donné que ce rite visait à assurer la fertilité des champs, il s'est peu à peu mué en une célébration des deux martyrs romains appelés Valentin, qui deviendra le patron des amoureux, de l'amour, et par déviation de l'hiver et de l'éclosion de la vie et de la fertilité des terres.

Les fêtes de Pâques font également l'objet de célébrations spéciales, notamment les dimanches de Rameaux et de Pâques. La tradition de bénédiction des palmiers et des oliviers y est conservée. Des processions de Pâques sont organisées dans tous les villages, et plus particulièrement à Albalate del Arzobispo, avec la participation d'un grand nombre de tambours. Ce village fait d'ailleurs partie de l'itinéraire de la Route du Tambour et du Bombo du Bas-Aragon.

Il faut enfin citer les procession ( romerías ), ou fêtes du printemps , célébrées dans chaque sanctuaire qui se trouve dans chaque village ou dans des zones éloignées, et auxquelles participent avec grande ferveur et dévotion les fidèles des villages alentours, afin de présenter leurs adieux au printemps, et de le remercier des semences et du temps clément " mars venteux, avril pluvieux ( marzo ventoso abril lluvioso) ".

Le lundi de Pâques, juste après la Semaine Sainte, les habitants des villages d'Oliete et de sa région se retrouvent tous en procession ( romería ) à l'ermitage de San Pedro et à l'ermitage de la Virgen del Cantal . Le 22 mai, ceux du village de Montalbán célèbrent la procession à l'ermitage de Santa Quiteria à Peñarroyas. Cet ermitage se trouve actuellement en ruines. Le village de Torre de las Arcas célèbre en juin la procession de la Vierge de Oto . La Pentecôte en juin est également le moment où les habitants de la plupart des villages de la région du parc culturel rejoignent en procession le Sanctuaire de Notre Dame de l'oliveraie ( Ntra. Sra. del Olivar ) à Estercuel. Le lundi de Quasimodo, ainsi que le dimanche suivant, les habitants de la paroisse rejoignent en procession le sanctuaire de la Vierge des Arcs à Albalate del Arzobispo.

 

AUTRES FÊTES IMPORTANTES

Certaines dates saintes sont célébrées d'une manière particulière dans certains villages du parc. Il s'agit notamment de la Saint Isidore Travailleur (San Isidro labrador) (le 15 mai), Saint dont l'effigie est portée en procession par les paysans jusqu'à leurs champs, afin qu'il les bénisse et leur apporte une bonne récolte. Il était coutume autrefois de descendre jusqu'à la rivière le jour de la Saint-Jean (San Juan) (le 24 juin) pour s'y laver le visage, à minuit et au son des clochers; cette tradition n'est à présent observée que dans quelques villages seulement. Le 15 août est le jour où l'on célèbre l a Vierge dite "du lit (de la Cama)" - qui représente la Vierge Marie-, et au cours duquel deux jeunes filles (" mayordomesas ") - célibataires, distribuent des branches de basilic - plantées, puis conservées par leurs familles-, aux personnes assistant à la messe qui les gardent pendant l'année de la Vierge. Ces deux jeunes filles seront remplacées par deux autres huit jours plus tard, au cours d'une journée appelée l'" octava ". La Sainte-Barbe (Santa Bárbara) est également fêtée (le 4 décembre), afin qu'elle apporte sa protection aux mineurs, auparavant très nombreux dans certains villages où l'exploitation des mines de lignite a constitué le secteur d'activité le plus important, et ce jusqu'aux années trente du siècle précédent. Cette célébration n'a guère plus d'importance à l'heure actuelle que dans la région d'Ariño.

Une des célébrations les plus importantes est celle de Corpus Christí, entre la fin mai et début juin. Une procession menée par 4 hommes portant le Corpus Christí ou "Saint des Saints ( Santísimo )" accompagne le curé, en parcourant un chemin jonché de pétales de fleurs, et en s'arrêtant aux autels les plus importants.

 

LAS FÊTES PATRONALES. LAS FÊTES D'ÉTÉ

L'été est l'occasion de fêter la plupart des patrons, après avoir terminé les moissons, dont la plupart des dates sont variables et d'ailleurs repoussées la plupart du temps vers la fin de la semaine afin de permettre aux personnes travaillant en semaine en-dehors des villages d'y retourner pour les fêtes: Montalbán les célèbre en général vers le 2ème week-end de septembre en honneur à la Vierge del Castillo et San Fausto. Le premier week-end voit en général la célébration des fêtes dites de l'Ange ou des célibataires. Le village de Peñarroyas fête quant à lui son Saint Roc (San Roque) le 15 août. Celui de Torre de las Arcas célèbre du 8 au 12 août des fêtes en l'honneur de Saint Michel (San Miguel). Les fêtes de la Vierge sont célébrées à Obón le 15 août. Le village d' Alcaine fête Saint Augustin (San Agustín) le 28 août, en le déplaçant en général vers le week-end précédent. Oliete fête le 24 août San Bartolomé, puis célèbre du 13 au 16 septembre une fête en honneur de la Vierge del Cantal, puis l'exaltation de la Sainte Croix. Alacón le 15 août San Roque et le 29 septembre en honneur à San Miguel. Ariño le 15 août en honneur à San Salvador et San Roque. Albalate del Arzobispo ferme quant à lui ce cycle de fêtes lors de la dernière semaine de septembre, en honneur à la Vierge des Arcs.

Le vêtement traditionnel des hommes et des femmes vivant dans le parc culturel de la rivière Martín est le résultat d'une adaptation à son climat particulier, aux contraintes de cette région, ainsi qu'aux travaux "quotidiens", mais il existe également des habits traditionnels qui servaient lors des "fêtes" et autres célébrations qui servaient à briser la routine journalière, et variaient bien évidemment en fonction du sexe, de l'âge, et du statut social de la personne. Tout cela explique donc qu'il soit bien difficile, ou même erroné, de vouloir parler d'un seul type de vêtement traditionnel.

 
 
 
PARQUE CULTURAL RÍO MARTÍN.- C/ Tiro del Bolo, s/n 44547 ARIÑO (Teruel)
Diseño, desarrollo y mantenimiento: Sedinet