LE PARK LES ITINERAIRES LES CENTRES CULTURELS LES VILLAGES AGENDA NOUVELLES LIBRAIRIE
contacts crédits
   
COMMENT ARRIVER
CHEZ NOUS
ENVIRONNEMENT PHYSIQUE
ET GÉOGRAPHIQUE
VÉGÉTATION FAUNE
HABITANTS ET FÊTES SERVICES INTÉRESSANTS
PARC VIRTUEL GALERIE DE PHOTOS
CARTES POSTALES BIBLIOGRAPHIE
 
 
 
 
 
FAUNE
LE PARC
 

La topographie unique de ce parc naturel abrite une faune particulièrement intéressante, fort bien adaptée au climat, ainsi qu'aux gorges montagneuses, torrents et cours d'eau.

Il faut tout d'abord mentionner les animaux de montagne, qui tirent pleinement profit de la profusion de crevasses, failles et grottes des gorges de la rivière Martín et de ses torrents. Les oiseaux en forment la majorité (tichodromes, martinets, hirondelles des rochers, m oineaux soulcies , choucas des tours, craves à bec rouge, etc.).

Les rapaces constituent cependant la classe qui nous intéressera le plus, et ce, de part sa diversité, comme de part l'intérêt que présente la présence ici de ces animaux en voie de disparition, en particulier en arrivant à proximité des aires de vautours fauve ( Gyps fulvus ), présents à plusieurs endroits du parc, et qui viennent ici nicher pour former une des colonies les plus nombreuses d'Aragon. Il convient également de citer les nombreuses familles d e vautours percnoptères ( Neophron percnopterus ), ou vautour blanc comme on l'appelle dans cette région, qui viennent de plus en plus nicher ici. Il est aisé d'observer le vol plané majestueux de l'aigle royal ( Aquila chrysaetos ), la silhouette du faucon pèlerin ( Falco peregrino ), du faucon crécelle ( Falco tinnunculus ) ou du très véloce aigle de Bonelli ( Hieraaetus fasciatus ), en voie de disparition. Les rapaces nocturnes sont représentés principalement par le hibou grand-duc ( Buho buho ), le hibou moyen-duc ( Asio otus ), l'effraie des clochers ( Tyto alba ) et le petit-duc scops ( Otus scopos ), plus connu dans cette région sous l'appellation d'"olivilla", où ses hululements annoncent le coucher du soleil.

La faible pluviosité qui caractérise l'ensemble du parc fait que la plupart des animaux se regroupent à proximité des cours d'eau. Une des localités les plus intéressantes à ce propos se trouve à l'embouchure du réservoir de Cueva Foradada, qui abrite de nombreux oiseaux d'eau qui viennent y nicher, parmi lesquels on peut citer notamment le grèbe huppé ( Podiceps cristatus ). Entre autres espèces de gibier d'eau, on y rencontre assez fréquemment le canard colvert ( Anas plathyrhynchos ), le canard souchet ( Anas clypeata ), la sarcelle d'hiver ( Anas crecca ) et celle d'été ( Anas querquedula ), le canard chipeau ( Anas strepera ), qui viennent tous profiter de ce plan d'eau au cours de leurs migrations ou pour y passer l'hiver. Il convient également de mentionner les apparitions occasionnelles de cigognes noires ( Ciconia nigra ) et d'aigles pêcheurs ( Pandion halieatus ), ainsi que celles, beaucoup plus fréquentes, de mouettes, qui viennent pêcher tout le long du cours de la rivière. Enfin, on rappellera que ce barrage constitue un des lieux principaux d'hivernage du grand cormoran ( Phalacrocórax carbo ), les plus importants au monde.

Les forêts de conifères abritent également de nombreuses espèces. De nombreux petits oiseaux sont attirés par l'abondance d'insectes qui s'y trouvent, comme par exemple la m ésange charbonnière , la mésange bleue et autres moineaux, qui, par leur présence, attirent à leur tour plusieurs espèces de rapaces des forêts, comme l'autour des palombes et l'épervier d'Europe. Ces bois abritent également des grands mammifères, notamment le sanglier ( Sus scrofa ), ainsi que le bouquetin des Pyrénées ( Capra pyrenaica ), en pleine expansion actuellement. Les pâturages qui suivent le cours de la rivière sont amplement peuplés de renards, blaireaux, fouines, belettes et, en quantité moindre, de chats sauvages ( Felis sylvestris ).

Le reste du parc, coincé entre des collines et les différents cours d'eau, est caractérisé par une végétation de steppes, avec très peu d'arbres et beaucoup de buissons, parmi lesquels dominent les plants de romarin et d'ajoncs, et est peuplé principalement de nombreuses espèces de gibier comme les perdrix, les lièvres et autres petits oiseaux, tous bien adaptés à ce type d'habitat particulièrement aride, comme par exemple les cochevis huppés et les traquets oreilleurs. On y rencontre également aisément de nombreuses espèces de petits reptiles comme les lézards communs, les lézards ocellés et des couleuvres.

Vous aurez également l'occasion de rencontrer de nombreuses espèces de chauve-souris qui vivent dans les nombreuses grottes et failles que nous visiterons au cours de nos randonnées dans le parc, notamment au Pic de San Pedro, considéré par les experts en la matière comme un refuge de biodiversité sans égal en Europe.

 
 
PARQUE CULTURAL RÍO MARTÍN.- C/ Tiro del Bolo, s/n 44547 ARIÑO (Teruel)
Diseño, desarrollo y mantenimiento: Sedinet